La vie aux US sans packaging...

Publié le par Cyanophycea


Même si il existe le recyclage (procédé de traitement des déchets industriels et des déchets ménagers qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d'un produit, des matériaux qui le composent. L'un des exemples qui illustre ce procédé est celui de la fabrication de bouteilles neuves avec le verre de bouteilles usagées 1) le packaging reste une source de pollution (de par ces procédés de fabrication) et de plus est coûteux en énergie. Eviter d'acheter des denrées alimentaires emmaillotées dans de nombreuses couches de plastique, de papier ou d'aluminium reste le meilleur moyen de ne pas produire de déchets inutilement. Mais comment faire? A l’heure de la mondialisation et de l’uniformisation, un produit se doit de pouvoir atteindre les 4 coins de la planète. Pas toujours facile d’arriver à ces 4 coins de notre sphère en bonne forme sans être au préalable boudiné dans du pvc… Alors que nous achetons fruits, légumes, viande, poisson au kg ou au détail, pourquoi ne pas faire de même avec nos pâtes, riz, céréales, farines, café, céréales, huile, cacahuètes… Bien sur il nous faudra nous passer de nos Lustucru (ou autres marques) au quotidien… Ceci ne nous empêchera pas de faire quelques exceptions... C’est mon cas en ce qui concerne le fromage ici, un camembert président c’est de l’emballage, de la production de CO2 à cause du transport, mais c’est toujours exceptionnel. On a tout à y gagner ! Sortir de moins en moins nos poubelles (qui diminuent à vu d’œil), faire nos courses dans des petites structures locales et associatives, (dont le personnel répondra à toutes nos questions, et nous donnera moult conseils), développer l’agriculture et l’industrie locale, et en plus vous aurez des placards agréables à regarder, puisque vous aurez toutes vos denrées alimentaires joliment alignées et rangées dans de beaux bocaux en verre que vous pourrez réutiliser à l’infini (Bon ok! Là c’est la maniaque du rangement qui vous parle).
Ici, aux US, à Athens plus particulièrement, il existe quelques magasins/coopératives qui fournissent ce service. J'ai pour la première fois acheté mes pâtes, riz, muesli, semoule, sel, sucre au kg. Et une fois que j'aurais fini ma bouteille d'huile d'olive qui a voyagée avec moi depuis l'Italie (snifff) je pourrais la remplir au magasin. Même chose pour l'eau. Mon gallon vide sous le bras je le remplis pour le tiers de son prix bouteille comprise. Je sais que ce genre de structures n’est pas disponible partout… En zone rurale, il en existe pas mal. Pourquoi ne pas monter de tels projets en banlieues par exemple, ou encore en plein centre ville. Pour moi c’est décidé, le jour où l’on dépose « définitivement » nos valises et si en ce lieu il n’existe pas de coop, je serais bien trouver des personnes de bonne volonté avec qui monter une coopérative

Publié dans BioArticle

Commenter cet article

Helene 27/09/2007 18:40

Ah ça me rappelle une ptite boutique de fruits secs, cereales et autre muesli en Australie, j'adorais aller la bas. Deja reduction des emballages = reduction de la pollution, mais en plus quel plaisir de remplir soi-meme ses sachets et de choisir...c'est vrai que ça manque ce genre d'initiatives!

Marie 25/09/2007 16:32

ça fait déjà un bon moment que c'est possible au Auchan du luxembourg!honnêtement j'ai pas encore essayé... je devrais m'y mettre tiens!(je crois avoir déjà vu ça en belgique aussi chez un discounter!!!)

Annabel 21/08/2007 15:30

C'est chouette de voir ça. En france, on ne trouve ce type de distributeurs que dans les magasins bio et les rayons discount des grandes surfaces. Ca arrivera sans doute, doucement ... I hope

zara 26/07/2007 18:02

bravi, bravo et re-bravo. J'aimerais voir de plus en plus de ça en France et partout ailleurs!!!

JvH 26/07/2007 12:59

J'aime beaucoup cette idée. En plus je trouve que ça aère le cerveau de ne pas avoir toujours tout formaté, empaqueté de la même manière.